Stress et Digestion en Ayurvéda


La digestion est un sujet qui prend bien souvent l’espace dans notre vie et pas toujours dans le façon que l’on souhaite. Certains problèmes apparemment bénins comme les brûlements, les gaz et les distensions abdominales, constipation deviennent parfois un vrai casse-tête à gérer, et les maux digestifs peuvent réellement nous gâcher la vie.

Mettons l’accent avant tout sur l’énorme impact de notre vécu et de nos émotions sur notre système digestif. Le stress, la frustration et la tristesse sont des émotions liées aux 3 doshas en Ayurvéda. C’est précisément de ce lien unissant la digestion aux émotions dont on parle ici.

Comme vous le savez déjà, le bon fonctionnement du système digestif est essentiel pour le maintien d’une bonne santé.

Mais sommes-nous tous égaux lorsqu’il s’agit de digestion ? En effet, si certaines personnes sont capables d’engloutir des quantités mirifiques de produits gras et lourds sans ressentir le moindre inconfort digestif, d’autres -la plupart d’entre nous- peuvent vivre une relation moins harmonieuse avec leurs intestins et ressentir des désagréments très variables.

En réalité, il existerait autant de types de système digestifs que d’individus. Selon les principes de l’Ayurvéda, un système de médecine traditionnelle indienne, nous avons tous un système digestif unique, de même la réponse de notre corps aux émotions est propre à chaque individu. Chaque catégorie d’Agni (feu digestif - puissance digestif) et profile psychologique se caractérise par ses propres besoins et nécessite donc un plan d’action différent pour atteindre l’équilibre.

L’anxiété, c’est cette petite boule à l’estomac, cette attente plus ou moins consciente d’un danger ou d’un problème à venir. Tout le monde y sera confronté au moins une fois dans sa vie et il n’y a absolument pas lieu de s’inquiéter… Sauf quand cette anxiété s’installe. Elle commence alors à irradier l’organisme parfois jusqu’à provoquer stress, insomnies, palpitations cardiaques ou sautes d’humeur. Le corps et l’esprit s’associent dans une spirale compliquée à vivre. Ce sont ces deux parties de nous-même que l’Ayurvéda prend en considération pour proposer toute une palette de solutions utiles face aux préoccupations du quotidien, petites ou grandes…

Bien entendu, nous avons tous un degré différent de tolérance à l’anxiété.

Selon l’ Ayurveda , notre degré de résistance à l’anxiété est relié à notre constitution, c’est-à-dire à l’état ordinaire des équilibres doshiques.!


- L’anxiété de type Vata est le résultat d’une activité nerveuse excessive, de pensées et d’inquiétudes trop nombreuses ou de changements trop brutaux.


- L’anxiété de type Pitta provient généralement d’une difficulté à lâcher prise. Les personnes Pitta veulent contrôler leur vie et tout ce qui leur arrive. Elles sont anxieuses quand ce contrôle est amoindri.

-L’anxiété de type Kapha provient généralement de la perte de ses biens et de ses attachements. C’est la fin d’une époque et Kapha angoisse à l’idée de ce qui pourrait arriver.


Vous l’aurez compris, si un dosha est en excès dans votre constitution du moment, vous serez davantage susceptible de développer son énergie négative.

Même si le déséquilibre d’un des trois doshas, quel qu’il soit, peut être responsable de nos troubles, c’est le dosha Vata, quand il est en excès dans l’organisme qui provoque l’anxiété, la peur, la confusion... Il vaut donc mieux chercher à l’apaiser si vous présentez ces signes!

Apaiser Vata


Les personnalités Vata auraient besoin de régularité dans leur vie et de la maintenir, mais cela est difficile pour ces personnalités remplis de créativité, de vitalité et de liberté !

Dites-vous que l’anxiété ne pourra être apaisée qu’avec une certaine routine: des horaires de repas fixes, et une ou des activités constantes. Vous dormirez mieux la nuit et votre appétit sera aiguisé.


Attention, compte tenu de la fantaisie d’une personnalité Vata, vous risquez de vouloir abandonner cette régularité une fois que les énergies seront ajustées. Or en Ayurveda, il faut toujours maintenir l’équilibre, donc restez sur le rythme qui vous a conduit à ce bien-être même s’il faut parfois vous forcer. Si vous avez choisi de vous coucher chaque soir à 22h30 par exemple, il faudra poursuivre cet effort, même quand vous aurez l’impression de ne plus en avoir besoin !

En Ayurveda, la pureté mentale s’appelle Sattva : c’est le point d’équilibre absolu, quand vous vous sentez détendu, serein. Sattva a besoin de calme, de silence et d’espace pour se renouveler. Comme on peut s’en douter, cet équilibre s’épuise dans l’action, le bruit, l’agitation ou les grands débats philosophiques.


Si la pureté mentale Sattva est essentielle en Ayurveda, elle a tendance à passer au second plan dans notre société contemporaine. Cette dernière pourrait d’ailleurs être qualifiée de rajasique, de Rajas (la colère, la haine, la peur, les soucis et l’anxiété). En effet, nous sommes toujours sollicités pour voyager plus, bouger plus, courir ou nous divertir. Dans l’air du temps ou les messages publicitaires et médiatiques que nous recevons, la paix et la sérénité sont assez peu cultivées…


Même si des pratiques telles que la méditation ou le yoga sont ils de plus en plus le quotidien des Occidentaux, elles n’entrent pas encore dans la catégorie d’un mode de vie, mais plutôt dans celle des loisirs. En effet, alors qu’en Inde ces disciplines sont pratiquées en toute simplicité, dans un salon, une chambre ou au pied d’un arbre, en France elles nécessitent une logistique qui peut contrer leurs effets positifs.

Par exemple, si le cours de yoga commence à une heure bien précise et qu’il a nécessité une organisation millimétrée, voire stressante pour entrer dans l’emploi du temps avec une course aux transports pour s’y rendre, les bienfaits de sa pratique risquent d’être estompés ! Le mieux est donc d’adapter son emploi du temps à sa pratique et de la faire entrer dans notre quotidien avec simplicité, comme une évidence.

Le bienfait d’alimentation

Si vous avez un médicament à prendre, vous regarderez s’il faut l’ingérer avant le repas, pendant ou en dehors, s’il faut le laisser fondre sous la langue ou l’avaler d’un coup… En Ayurveda, manger c’est à la fois prendre du plaisir et se soigner donc comme vous le feriez avec n’importe quel « traitement », il est essentiel de connaître la qualité des aliments et ce qu’ils vous apportent en termes de satisfaction, que ce soit au niveau du goût ou des nutriments.

Au moment de faire vos courses, gardez en tête que la nourriture doit toujours être choisie en fonction de ses apports nutritionnels, de son goût, de ses effets sur le corps et de ses qualités sur les doshas.

La manière la plus simple pour préparer les repas en tenant compte des spécifités ayurvédiques, est donc de saupoudrer les mets de quelques épices particulièrement intéressantes pour lutter contre l’anxiété:

- L’anis vert est une plante utilisée comme épice. Elle apaise la soif et les maux de ventre, mais c’est aussi une alliée de la sérénité.


-La cardamome apaise le hoquet nerveux, souvent dû à une mauvaise respiration et à l’anxiété.

-Le clou de girofle est un neurotonique : il a des effets sur la fatigue physique autant qu’intellectuelle.

-La coriandre est tonifiante et stimulante.

Toutes ces épices sont excellentes à ajouter dans les plats pour un début de sérénité, mais la vraie star, la plus efficace est sans doute le curcuma. (en lire plus dans l’article ,,aliments et épices bon pour la santé’’ )

L’Ayurveda englobe l’alimentation, le yoga, la méditation, l’automassage, les plantes, etc... dans une routine quotidienne. Prendre soin de sa santé grâce à tous ces «outils » est évident en Inde et c’est cette évidence sur laquelle les Occidentaux doivent « travailler ».

Il ne faut pas hésiter à faire entrer toutes ces pratiques dans nos rituels, au même titre que boire un café ou juste respirer. C’est un véritable changement de fonctionnement qui aide à vaincre l’anxiété et ses symptômes.

Yoga


Yoga et Ayurvéda représentent une discipline intégrale et sont enseignés ensemble en Inde et dans certaines écoles occidentales. (Aujourd’hui, le yoga en Occident mais également en Inde, est uniquement identifié aux seules postures physiques. Certes elles représentent une part non négligeable du Yoga, mais elles ne le constituent pas. Ces deux systèmes permettent de véritablement transformer notre existence pour passer du niveau physique au niveau spirituel le plus élevé avec une vitalité et une créativité extraordinaires.

Les méthodes du Yoga couvrent tous les aspects de notre existence physique, sensorielle, émotionnelle, énergétique, mentale et spirituelle jusqu’à la Réalisation du Soi

Il inclut pour cela des postures physiques, une discipline éthique, le contrôle de la respiration, des pratiques sensorielles, des affirmations et visualisations, des mantras et des pratiques méditatives.

Le Lien entre le Yoga et l’Ayurvéda est le Prana

C’est quoi le Prana ? Prana intègre simultanément les notions de souffle et de principe vital du souffle (ou Force de Vie) et de sa manifestation organique dans la respiration. En quelque sorte, le Prana est le « souffle vital respirant » ou « énergie primordiale ». Le Prana se décline sous cinq formes différentes. Le Yoga est l’intelligence du Prana (Force de vie) à la recherche des transformations évolutives supérieures tandis que l’Ayurvéda est la puissance de guérison qui aide à consolider les systèmes vitaux.


Le massage ou l’automassage


Il n’est pas toujours évident de disposer d’un masseur professionnel, c’est pourquoi il est important d’apprendre à s’automasser. Cette pratique devrait devenir un rituel matin et soir. Très simple à mettre en application, elle permet de stimuler des fonctions vitales, comme la circulation sanguine ou la digestion, par exemple. En effet, prenez l’habitude d’appliquer de l’huile sur votre corps en massant pendant quelques secondes les parties qui peuvent être douloureuses comme les épaules, les articulations ou qui vous soutiennent toute la journée comme les jambes.

L’automassage est de plus en plus reconnu par la communauté scientifique pour la simple et bonne raison qu’il n’a rien de subjectif mais présente une réelle action sur l’organisme.

En effet, les massages permettent de stimuler les récepteurs cutanés, musculaires, tendineux, ces mêmes récepteurs qui envoient des messages au cerveau. Si vous avez mal au ventre, par exemple, massez votre région abdominale pour qu’elle envoie une information de soulagement sous forme d’impulsion nerveuse à votre cerveau. Celui-ci traitera alors l’information et déclenchera une série de réactions pour soulager effectivement votre ventre. Et oui, les endorphines sont stimulées par le massage et leur action antidouleur est particulièrement appréciable !


Plantes

Dans la philosophie ayurvédique, les plantes sont l’âme de la terre. Selon l’Ayurvéda, nous sommes constitués des mêmes éléments que notre environnement. Notre organisme fonctionne selon les mêmes principes que le reste de l'univers.

Il existe en Ayurvéda plusieurs centaines de plantes utilisées traditionnellement et censées rééquilibrer les doshas quand cela est nécessaire.

Si toutes ont un impact sur les doshas, elles possèdent en plus un pouvoir effectif sur la sphère digestive, la régulation du poids, les facultés intellectuelles, la prévention de maladies dégénératives, les douleurs articulaires ou la lutte contre les radicaux libres responsables du vieillissement des cellules. Nous vous proposons ici une liste des plantes les plus communes, ainsi que leurs propriétés.

Finalement, faut-il lutter contre l’anxiété ou simplement apprendre à gérer ses émotions avec l’Ayurveda ? L’anxiété trop forte conduit au stress qui peut nuire à la santé. Toutefois elle a son utilité : elle nous rend prudents par anticipation de ce qui pourrait arriver. Vivre en harmonie avec l’Ayurveda, c’est donc être à l’écoute de ses propres émotions et apprendre à les gérer sereinement au lieu de vouloir les faire disparaître.


4 vues
Avis de non-responsabilité

Le contenu de ce site a pour seul but d'être informatif et éducatif. Les informations communiquées ne visent en aucun cas à remplacer les conseils d'un professionnel de santé diplômé d'Etat et ne doivent pas être considérées comme des conseils médicaux pour aucun problème de santé. 

  • Black Facebook Icon